Make your own free website on Tripod.com

 

UN NOM - Dans la petite ville de Naju, dans au Sud-ouest de la péninsule Coréenne, depuis le 30 juin 1985 se sont passés des manifestations surnaturelles qui ont laissé le monde entier plein d'enchantement et perplexité avec la grandeur du zèle Divin en prouver la Vérité Chrétienne et en montrer surtout- à travers de NOTRE DAME - qu'IL aime chacun de SES enfants dans une manière spéciale et qu'IL veut le retour de notre amour. Malgré notre faiblesse et nos limitations, IL veut que nous LE démontrons les dimensions de notre amour.

Pour cette charmante mission Divine, le SEIGNEUR a choisi Julia Kim comme SON interprète devant l'humanité, pour transmettre à toutes les personnes, la dernière Volonté du CRÉATEUR.

Le Voyant a résume - avec ses propres mots - sa vie et sa rencontre avec DIEU et la VIERGE MARIE.

JULIA KIM - Quand je me souviens du passé, mon esprit est plein de surprise et d'admiration à cause de la Providence Divine.

Je suis née le 3 mars 1947, à Naju, en Corée du Sud. À quatre ans d’âge je vivais en parfait et complet bonheur avec mes parents et ma famille, jusqu'aux jours heureux qui ont fini quand a commencé la guerre Coréenne. Mon père, mon grand-père et ma sœur plus jeune sont morts. Moi et ma mère sommes les survivants et nous avons que faire des efforts pour vaincre avec persévérance la pauvreté et les difficultés de plusieurs natures, pour survivre et d'exécuter la mission de notre vie. En 1972, j'ai épousé Julio Kim et de notre mariage sont nés deux garçons et deux jeunes filles. J'ai eu qu’interrompre mes études dans le lycée, à cause de notre pauvreté, bien que j'aimais étudier et que je voulais développer mon érudition autant que possible. J'avais des problèmes sérieux de santé pour des longues et douloureuses années, avec des intenses hémorragies qui ne cessaient pas, en ayant été soumise à un nombre sans fin des examens, des traitements et des chirurgies sans succès, parce que dans les dernières fois ils ont découvert le cancer généralisé dans mon corps. Ils l'ont annoncé d'une façon formelle et catégorique ma condamnation à mort. Les ressources techniques et l'espoir des spécialistes étaient achevé. Cependant, il est né en moi une mystérieuse et impressionnante force intérieur, parce que je voulais vivre et aussi je ne voulais pas consterner ma mère en la transmettant les nouvelles mélancoliques, elle qui ne m'avait jamais abandonné et qui m'avait aidé en tout. La maladie était très forte et se propageait dans tout mon corps. Dans plusieurs places, ma peau a commencé à être insensible. Ma mère et mon mari faisaient des massages dans ces places pour retrouver la sensibilité. C'était mieux mais quelques fois il restait un certain dormant. La pression artérielle de mon sang a baissé à un niveau alarmant et à cause de problèmes dans les veines, je ne pouvais pas ni recevoir des injections, ni avaler un liquide stimulant alcoolisé. Vraiment ma vie s'éteignait lentement. Beaucoup des femmes qui appartenaient à l'Église Presbytérienne locale m'ont visité constamment et elles m'ont amené au temple pour prier et alors m'ont rapporté à ma maison, bien qu'en réalité ce que je voulais c'était de fréquenter l'Église catholique. Un jour, après m'avoir dit des mots pour me consoler et après sortir de ma pièce, deux de ces femmes ont dit l'une à l'autre: "Je me sens désolée pour cette pauvre femme, bien que la vie soit une chose précieuse, sa maladie qui n'a pas de cure, il est en tuant aussi sa famille" . J'ai pensé: "C'est vrai! Pourquoi je n'avais pas pensé à ça avant?" J'ai préparé une dose très forte de cyanure de potassium et j'ai écrit sept lettres: à ma mère, à mon mari, aux quatre enfants et une à celle qui pourrait être la future femme de mon mari.

LA LUMIÈRE DE DIEU A BRILLÉ- Je pensais à mon père, au temps de ma jeunesse, et comment accomplir mon plan sinistre, quand mon mari est rentré à la maison, il avait venu du travail plus tôt et il m'a dit: "Mon amour! Quelque chose en moi me dis que nous devons aller visiter l'Église catholique".

Sur ce même jour nous avons visité l'Église à Naju pour trouver le révérend de la Paroisse, j'ai parlé: "Prêtre, si DIEU existe vraiment, je peux affirmer aussi qu'IL est cruel. Pourquoi est-ce que je dois boire de ce calice amer? Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça?"

Le père m'a répondu: "Ma fille, vous recevez une quantité incomparable de grâce dans votre corps. Ce sont des grâces remplies de souffrances et de douleur pour cela ils sont très spéciaux. Je n'ai pas reçu ni un peu de ces grâces. Croyez-moi et pensez à cette vérité que je vous dis".

Quand j'ai entendu ces mots, une réflexion rapide a fait fermer mes lèvres, pendant que mon visage se manifestait dans une attitude de crédibilité. J'ai répondu avec une voix presque inaudible: "Amen".

Jusqu'à ce moment, mon corps était froid et sans vie. Soudainement, il a commencé à se réchauffer, la circulation du sang a augmenté, les bâtiments du cœur ont accéléré et je transpirais partout. Le SAINT ESPRIT a commencé à travailler en moi.

Nous avons prié dans l'Église et après avoir dit au revoir au prêtre pour rentrer à la maison, nous avons décidé de joindre la religion Catholique et avec cet objectif, j'ai acheté une Bible, un livre de prières et une petite image de NOTRE DAME dans le magasin de la Paroisse.

À la maison, j'ai placé l'image sur un meuble dans la pièce, je l'ai orné avec une rose et j'ai allumé une bougie. J'ai prié et pleuré, j'ai supplié à NOTRE DAME Sa protection maternelle et affectueuse.

Dans le troisième jour, j'ai entendu la voix de JÉSUS: "Lisez la Bible, c'est mon vivant Mot".

Immédiatement, j'ai ouvert la Sacrée Écriture et exactement dans l'Évangile du SEIGNEUR JÉSUS CHRIST écrit par Saint Luc (Luc 8,40-48), au sujet de la femme qui avait l'hémorragie pour 12 années. Sa foi était si grande qu'elle avait dit que si elle ait eu touché l'ourlet du vêtement de JÉSUS elle serait guérie et cela s'est passé vraiment quand elle l'a atteint et a touché l'ourlet du vêtement du SEIGNEUR. Dans la Bible, c'est écrit que JÉSUS lui dit; "Ma fille, ta foi t'a sauvée; va en paix". (Luc 8,48)

Dans les vers suivants il y a l'histoire de la fille de Jaire (chef de la synagogue) qui était morte. JÉSUS a dit: "Ne crains pas, crois seulement, et elle sera sauvée". (Luc 8,50) Jaire a cru dans le Mot du SEIGNEUR et sa fille a vécu de nouveau.

Ainsi, en méditant dans toutes ces événements, j’ai compris que ces mots étaient aussi pour moi, pour cela, seule dans ma pièce j'ai parlé avec conviction: "SEIGNEUR, je crois; Mon DIEU, je crois sincèrement dans Votre Amour".

Nous avons fréquenté le Catéchisme Paroissial et nous avons étudié (mon mari et moi) les fondements de la doctrine, en nous préparant pour recevoir le Baptême dans quelques semaines.

Alors le CRÉATEUR a fait un grand miracle... J'ai été guérie du cancer et de tous les maux qui infestaient mon corps. J'étais si heureuse que je ne savais pas le que faire pour remercier DIEU. J'étais pleine de satisfaction et impressionnée avec très grande gentillesse et compassion du SEIGNEUR. J’ai senti la volonté de courir, de voler, de s’élever dans une plus haute colline pour être beaucoup de près du CRÉATEUR et crier, crier sans cesser, avec toutes les forces de ma petit et fragile cœur, avec tout la ferveur et la tendresse la plus profonde de mon âme, un cri sonore et rempli de un immense amour, en disant:

"Je vous aime mon DIEU, je vous adore, VOUS êtes la lumière de ma vie, mon amour et mon tout".

C'était la manière que mon pauvre esprit plein de joie a choisi faire, pour manifester ma gratitude sincère et passionnée à DIEU et à NOTRE SAINTE MÈRE.

J'ai commencé à fréquenter l'Église catholique avec assiduité et intérêt. J’ai entrée dans le Mouvement Charismatique et dans la Légion de Marie parce que je voulais être bien côté du SEIGNEUR et de NOTRE MÈRE TRES SAINT, pour exercer un apostolat en l'honneur et l'éloge de notre DIEU et NOTRE DAME. Mon organisme était parfait et mon humeur au travail était enviable. J'ai ouvert un salon de coiffure pour aider dans l'entretien de la maison. Mon existence a gagné une nouvelle vie et j'étais une nouvelle personne pleine de bonheur et idéale.

Dès alors, JÉSUS a rétabli ma santé complète et merveilleusement. Le 30 juin 1985, les manifestations surnaturelles ont commencé, avec les larmes de l'image de NOTRE DAME, aussi les larmes de sang, de l'huile parfumé qui sortait de la tête de la petite image, la grâce que le SEIGNEUR m'a alloué les souffrances dans les occasions définies par LUI, les stigmates de la passion de JÉSUS CHRIST dans mes pieds et dans mes mains, les douleurs terribles de la crucifixion, tout pour la conversion des pécheurs, en réparation pour cause de les abominables avortements qui sont faits et aussi par le bénéfice des âmes du purgatoire afin de qu'elles puissent monter au ciel. Ensemble de toutes ces événements, aussi sont advenus les extraordinaires et admirables Miracles Eucharistiques. Une créature pauvre et indigne comme moi, le SEIGNEUR m’a alloué l'honneur de réaliser dans ma propre bouche, le Mystère de la Transsubstantiation. Dans la Saint Masse, le Hostie  et le Vin Consacrés, sont transformées par le SPIRIT SAINT, dans le Corps et Sang vivant de JÉSUS,  bien qu’ont resté les apparences extérieurs de pain et vin. Pour la Volonté Divin, dans divers fois, lorsque j’ai reçu la Sacré Communion dans la Saint Masse, l’Hostie Consacré sur ma langue s’est transformé dans le Corps et Sang de notre bien-aimé et adoré DIEU.

Le SEIGNEUR est ma lumière et salvation. IL est le propre Amour que est né et a grandi dans notre vie. C'est un Amour Charmant, Beau, plein de passion mais qui demande la fidélité et le sacrifice. Pour faire la fleur de l'amour fleurir et être jolie, il faut vaincre les difficultés et aimer sans établir conditions, d’affronter le froid tranchant de l'hiver et accepter avec résignation et courage, les douleurs qui nous visitent continuellement, en imitant les martyrs de la même façon qu'ils offrent leur vie pour le plus grande honneur et gloire du CRÉATEUR.

C'est pour cela que je veux être la consolatrice du SEIGNEUR, j'accepte toutes les douleurs et sacrifices pour apaiser les déceptions et tristesses du Cœur Divin à cause des transgressions et indifférences de nos frères qui n'ont pas encore trouvé la Lumière de DIEU:

"En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul: mais, s'il meurt, il porte beaucoup de fruit". (Jean 12,24-25)

Les douleurs de la crucifixion sont tellement grandes que Julia s’est évanouie. - Chapelle de Naju.

Frei Spies examine les blessures aux mains du Voyant.

 

Page Suivante

Page Antérieure

Revient à l'Index